ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : Un Russe sur cinq voudrait que les gays et lesbiennes soient « éliminés » donc revue de presse LGBT, articles de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  Un Russe sur cinq voudrait que les gays et lesbiennes soient « éliminés »

Un Russe sur cinq voudrait que les gays et lesbiennes soient « éliminés »

Jeudi 30 avril 2020 à 16h07
Catégories : FRANCE, MONDE, Revue de presse

D’après une étude menée par le Centre analytique Levada, 18 % des Russes souhaiteraient que les gays et lesbiennes « disparaissent de leur réalité" .

C’est une étude qui fait froid dans le dos. D’après le site NBC News, près d’un Russe sur cinq voudrait « éliminer » les personnes homosexuelles de la société. « Il y a ce sentiment d’être pris pour cible, et le fait que 18 % des gens pensent que je devrais être éliminée est atroce, s’inquiète Svetlana Zakharova, une femme ouvertement lesbienne vivant à Saint-Pétersbourg, militante au Russian LGBT Network. Ça m’a vraiment bouleversée. »
 
Le sondage a été mené auprès de 1.600 personnes en face à face par le Centre analytique Levada, une association indépendante dont le siège se situe à Moscou et qui tire son nom de Iouri Levada, le tout premier professeur russe de sociologie – une discipline à l’époque considérée comme bourgeoise et donc interdite par le régime soviétique. 32 % des répondants souhaitent « isoler » les gays et les lesbiennes de la société, et 9 % les « aider« .
 
« Pas nécessairement les tuer »
 
Ekaterina Kochergina, une des auteurs de l’étude, a précisé à NBC News que l’usage du mot « éliminer » signifiait « faire disparaître quelque chose de sa réalité » et non procéder nécessairement à une élimination physique : « De nombreuses personnes en Russie aimeraient que les gays n’existent pas. Pas nécessairement les tuer mais avoir une société où ils n’existent pas en tant que phénomène. »
 
L’activiste Svetlana Zakharova s’inquiète du fait qu’une telle étude puisse accroître la haine dans un pays où le « niveau de violence et de haine » envers les personnes LGBT+ mais aussi d’autres groupes est déjà « très haut« . Elle craint que le terme « éliminer » comme réponse possible puisse encourager des « groupes qui sont très actifs, très agressifs et très visibles, et qui se sentent soutenus par le gouvernement« . La Russie s’est en effet distinguée pour avoir adopté en 2013 une législation désormais connue comme « loi contre la propagande gay ».


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2021
agence web