ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : Sénégal : la violence homophobe se perpétue et se répète dans la « ville-sainte » de Touba. Revue de presse LGBT encore articles de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  Sénégal : la violence homophobe se perpétue et se répète dans la « ville-sainte » de Touba

Sénégal : la violence homophobe se perpétue et se répète dans la « ville-sainte » de Touba

Lundi 12 octobre 2020 à 15h35
Catégories : MONDE, Revue de presse

Encore une fois la communauté gaie de Touba (capitale religieuse de la confrérie mouride) est l’objet d’une chasse aux sorcières. Le 08 octobre 2020, de nouveau un jeune gay a été roué de coups, avant d’être filmé sous contrainte puis expulsé manu militari de Touba. La vidéo du jeune homme confessant son homosexualité a depuis été rendue virale sur les réseaux sociaux.
 
Cette énième agression, survient moins de trois semaines après que 10 jeunes homosexuels de Touba ont été arrêtés par la milice religieuse Safiyatoul Amal.
 
L’agression est précisément survenue 3 jours après une attaque contre Aly Ndiaye (un pseudonyme). C’est un responsable d’une organisation LGBTI clandestine qui était venu en aide à 10 hommes, arbitrairement incarcérés, sur la base d’une homosexualité supposée, le mois dernier. Aly Ndiaye avait obtenu leur libération, moyennant de très fortes amendes à verser.
 
Depuis, ce collectif LGBTI est toujours à la recherche de fonds, en vue de permettre l’exfiltration de 4 des 10 hommes toujours présents dans la région et dont les vies sont menacées. Les 6 autres hommes, ont d’ores et déjà pu quitter le Sénégal.
 
Pendant ce temps, les milices religieuses de Touba ne relâchent pas leurs efforts et leur traque anti-homosexuelle, en vue d’extirper la sodomie de la ville-sainte. La surveillance ne s’exerce plus seulement dans les rues, mais à présent, elle s’étend également sur les réseaux sociaux. La chasse aux homosexuels devient dorénavant quotidienne et prend même une tournure de plus en plus violente.
 
Dans ce contexte, Ndiaye a du se résoudre a quitté la ville en toute discrétion, car sa présence à Touba aurait pu mettre en danger la sécurité des 4 hommes que son organisation héberge, déclare-t-il.
 
La nouvelle agression survenue le 8 octobre dernier a été diligentée en secret par les éléments de Xudamoul Xadim, l’une des nombreuses «dahiras» (groupes) fidèles à certains cheikhs soufis («marabouts»). Dans cette énième affaire, la dahira aurait surpris un homosexuel présumé, dans le quartier de Guédé à Touba, selon le site d’information Seneweb.
 
L’individu appréhendé, âgé de 20 ans, a été passé à tabac et a reçu de nombreux coups de bâtons. Peu après, dans une vidéo tournée sous la contrainte, on le voit confesser publiquement son homosexualité (Seneweb).
 
En vertu de la loi sénégalaise, les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et près de 1 500 000 francs CFA d’amende (2 700 dollars US maximum).


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2020
agence web