ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : PLAINTE CONTRE VALEURS ACTUELLES POUR INJURE TRANSPHOBE ou revue de presse LGBT, articles de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  PLAINTE CONTRE VALEURS ACTUELLES POUR INJURE TRANSPHOBE

PLAINTE CONTRE VALEURS ACTUELLES POUR INJURE TRANSPHOBE

Jeudi 27 mai 2021 à 17h42
Catégories : ADHEOS, Autres associations LGBT, Communiqués de presse

Communiqué de presse. Paris le 27/05/2021.
 
Les associations Mousse, Stop Homophobie et ADHEOS portent plainte aujourd’hui contre Valeurs Actuelles pour injure à raison de l’identité de genre. Le magazine, déjà poursuivi à plusieurs reprises pour des propos racistes, a publié ce jeudi 27 mai un numéro intitulé « Le délire transgenre ».
 
« Valeurs Actuelles » est un magazine d’opinions classé à droite connu pour ses propos polémiques. La une d’aujourd’hui, 27 mai 2021, s’attaque aux personnes transgenres.
 
Sur la couverture du jour, on peut y lire en gros titre « Le délire transgenre » avec en sous-titre « Comment les lobbies instrumentalisent le changement de sexe ». Dans son dossier, le magazine dénonce la « promotion de la transsexualité ».
 
En France, les personnes transgenres sont les personnes LGBT les plus discriminées. Elles ont déjà été, pour 85 % d’entre elles, victimes d’un acte transphobe. Parmi elles, 37% ont déjà subi plus 5 actes transphobes dans leur vie.
 
Les personnes transgenres ont été pour 60% d’entre elles victimes de discriminations, 59% d’insultes et 27% de harcèlement.
 
Les faits de transphobie ont lieu majoritaire dans la rue, qui constitue encore aujourd’hui en France une espace d’insécurité permanente pour les personnes transgenres.
 
Etait-ce vraiment nécessaire, dans ce contexte, de stigmatiser et d’injurier les personnes transgenres ? La couverture de Valeurs Actuelles aura pour effet de renforcer les préjugés contre cette minorité encore et toujours discriminée.
 
Pour Me Étienne Deshoulières, avocat des associations, « les termes « délire transgenre » employés par Valeurs Actuelles renvoient à un passé récent où les transidentités étaient qualifiées de maladie mentale. Dire d’une personne transgenre que c’est une aliénée, c’est comme dire d’un homosexuel que c’est pédophile. C’est injurier en procédant à une assimilation abusive. » 
  • Contact presse :
Etienne Deshoulières, avocat au barreau de Paris


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2021
agence web