ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : Paris Trois hommes jugés pour le meurtre de Vanesa Campos encore prostituée trans ou revue de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  Paris Trois hommes jugés pour le meurtre de Vanesa Campos, prostituée trans

Paris Trois hommes jugés pour le meurtre de Vanesa Campos, prostituée trans

Vendredi 14 janvier 2022 à 13h00
Catégories : FRANCE, Revue de presse

Trois ans et demi après le meurtre de Vanesa Campos, travailleuse du sexe trans tuée lors d'une "expédition punitive" dans le bois de Boulogne, neuf hommes sont jugés à partir de mardi devant les assises de Paris, dont trois pour ce crime.
 
Vanesa Campos, une prostituée trans de 36 ans originaire du Pérou, avait été tuée d'une balle dans le thorax, dans la nuit du 16 au 17 août 2018. Elle avait été retrouvée, agonisante et le corps dénudé, par ses "compañeras" près de son lieu de travail, une tenture accrochée à des branches d'arbre pour l'abriter des regards depuis la route du Pré Catelan, une partie reculée du bois de Boulogne dénuée d'éclairage.
 
L'enquête s'était rapidement concentrée sur un groupe de jeunes hommes d'origine égyptienne, qui profitaient des passes pour détrousser les travailleuses du sexe et leur clientèle, suscitant des tensions. Les ex-collègues de Vanesa Campos ont également dénoncé au cours de la procédure des menaces et violences sexuelles dont des viols, ainsi que le "climat de terreur" instauré par la bande de voleurs sévissant depuis plusieurs années dans le bois, haut lieu de la prostitution parisienne.
 
Pour se protéger de ces agissements, certaines prostituées dont Vanesa Campos avaient engagé un mois avant le meurtre un homme, "Takaré", parfois épaulé par un cousin. Le soir des faits, une dizaine de jeunes hommes s'étaient retrouvés dans un bar à chicha du 18e arrondissement de Paris, avant d'emprunter le métro pour se rendre au bois de Boulogne et y mener une "expédition punitive" contre ces gardes du corps, selon l'accusation.
 
Regroupés derrière un pavillon, ils s'étaient armés de bombes lacrymogènes, couteau, taser, voire branches directement arrachées aux arbres, ainsi que d'une arme à feu dérobée une semaine plus tôt dans la voiture d'un policier alors que ce dernier se trouvait avec une prostituée.
 
Plusieurs coups de feu avaient retenti selon les témoins. Un projectile a atteint mortellement Vanesa Campos. Au terme de l'instruction, trois Égyptiens ont été renvoyés pour ce meurtre que chacun "conteste formellement" selon leurs défenseurs respectifs.
 
Mahmoud Kadri, 24 ans, est considéré par l'accusation comme l'auteur du tir mortel sur Vanesa Campos. Karim Ibrahim, 29 ans, et Aymen Dib, 25 ans, comparaissent également pour "meurtre en bande organisée", soupçonnés pour le premier d'avoir attaqué la victime avec une matraque et pour le second de lui avoir porté un coup de couteau. "Il ne s'agit pas d'une expédition punitive collective menée contre Vanesa Campos", affirment les avocats de Karim Ibrahim, Me Julien Fresnault et Fares Aidel.
 
"C'est un dossier de violences sur fond de délinquance au bois de Boulogne, qui prend une tournure tragique lorsque l'un des individus présent décide seul de tirer des coups de feu, à la stupéfaction des autres. L'instruction a permis d'identifier ce tireur", ajoutent-ils.
 
Mahmoud Kadri, qui avait désigné Karim Ibrahim comme le tireur et le meneur de la bande, "est en réalité mis en cause sur la foi de ses co-auteurs ou complices, dans un dossier particulièrement pollué par d'innombrables concertations survenues entre les accusés", déplorent ses avocats, Olivier Parleani et Léa Dordilly. Six autres hommes âgés de 23 à 34 ans sont renvoyés devant la cour d'assises: cinq pour leur participation à l'expédition punitive, un sixième pour le vol de l'arme du policier.
 
"Dans ce dossier, on a neuf mis en cause, neuf versions différentes", persifle un avocat de la défense. Parties civiles au procès, la mère et la sœur de Vanesa Campos ont "l'espoir que cette fois ils (les accusés) assument pleinement leurs actes", déclarent leurs avocats, Quentin de Margerie, Vincent Desry et Chirine Heydari. Six anciennes collègues et amies de Vanesa Campos, également parties civiles, attendent du procès qu'il mette en lumière "la situation qui est la leur et qui persiste à ce jour", soulignent MMe Heydari, Desry et de Margerie.
 
L'association de défense des personnes trans Acceptess-T, qu'ils représentent également, avait incriminé la loi de 2016 pénalisant les clients des prostitués, responsable selon elle de l'augmentation des violences contre les travailleuses du sexe, contraintes d'exercer dans des coins reculés à l'abri des contrôles de police. Verdict attendu le 28 janvier.


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2022
agence web