ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : Besançon Un transgenre violemment agressé à la fac pour la troisième fois ou revue de presse LGBT, articles de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  Besançon Un transgenre violemment agressé à la fac pour la troisième fois

Besançon Un transgenre violemment agressé à la fac pour la troisième fois

Jeudi 31 octobre 2019 à 17h35
Catégories : FRANCE, Revue de presse

Il s’appelle Maël et a 26 ans. Mercredi dernier, il a été violemment agressé alors qu’il tentait de reprendre sa voiture. Transgenre, ses agresseurs ont proféré de nombreuses insultes à son encontre avant de l’abandonner, tuméfié, sur le parking du campus de La Bouloie à Besançon.
 
« Je sortais d’un cours de travaux pratique », indique Maël, 26 ans, transgenre, encore marqué physiquement par cette troisième agression en un peu plus d’un an sur le campus universitaire de La Bouloie à Besançon. « La personne qui effectuait l’exercice avec moi m’a raccompagné à mi-chemin. Nous avons longuement discuté » La nuit est tombée depuis quelques dizaines de minutes, en ce mercredi 23 octobre. « C’est la première fois que je me garais à nouveau sur ce parking où j’avais subi l’agression la plus violente. » Le 26 septembre 2018, il avait été assommé et roué de coups par plusieurs personnes, dont une femme. « Je me souviens de cette voix qui disait : " Je pense qu’elle en a eu assez" ».
 
« T’as pas compris la dernière fois ? »
 
Mercredi dernier, avec une certaine appréhension, Maël se dirige vers sa voiture, un casque sur les oreilles. C’est à cet instant que deux personnes vont le saisir par les bras, par-derrière. « Ils ont commencé à me frapper. » Des coups de poing sur le visage. Pour lui, en entendant certaines phrases, il pense avoir été victime des mêmes personnes. « T’as pas compris la dernière fois ? » ou encore : « On ne veut pas de ça à Besançon ». Des mots qui restent gravés dans sa mémoire. Une fois ses agresseurs disparus, il s’est immédiatement réfugié dans sa voiture.
 
« Installer des caméras »
 
Ce troisième passage à tabac est un choc de plus. Une fois de plus, il ira se rendre au commissariat pour déposer plainte. Mais face au peu d’éléments dont il dispose, le travail d’enquête paraît compliqué. « J’ai toujours été très soutenu par la fac malgré mes nombreuses absences suite à ces problèmes. Je ne sais pas ce qu’il faudrait pour que ça s’arrête. Peut-être installer un éclairage et des caméras »


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2019
agence web