ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : Suisse Un père condamné à 11 ans de prison pour avoir poignardé son enfant qu'il croyait gay. Revue de presse LGBT, articles de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  Suisse Un père condamné à 11 ans de prison pour avoir poignardé son enfant qu'il croyait gay

Suisse Un père condamné à 11 ans de prison pour avoir poignardé son enfant qu'il croyait gay

Mercredi 30 décembre 2020 à 00h57
Catégories : EUROPE, Revue de presse

Un homme de 54 ans a été condamné à onze ans de prison, le 22 décelbre, pour avoir tenté de tuer son enfant de 17 ans avec un couteau de cuisine parce que ce dernier était gay.
 
Selon le tribunal régional de Burgdorf, dans le canton de Berne en Suisse, la raison de cet acte était que l’auteur de l'agression, irakien, pensait que son enfant, qui est depuis devenu trans, était gay. La jeune femme a subi de graves blessures au cou.
 
Le condamné doit également verser à sa victime une indemnité de 18.500 euros. Il doit être expulsé de Suisse après avoir purgé sa peine.
 
L'agression s'est produite en mai 2019 dans le village de Langnau. Le père, un musulman pieux, s'est agenouillé sur son enfant endormi et lui a tranché la gorge avec un couteau de 27 centimétres. Il lui avait causé de profondes blessures au cou et à l’abdomen
 
La victime lui a résisté et a pu fuir, gravement blessée. Un hélicoptère a emmené l'adolescent à l'hôpital.
 
Au cours du procès, la victime de 18 ans est apparue avec des cicatrices toujours visibles sur le cou. La jeune femme a témoigné: "Chaque jour, lorsque je me lave le visage et que je me regarde dans le miroir, je vois ma cicatrice. Je me sens laide".
 
Le père a catégoriquement nié l'agression et déclaré que son enfant avait tenté de se suicider mais le tribunal n'a pas accrédité cette version des faits.
 
Les jurés ont estimé que l’orientation sexuelle présumée de l’ado n’était qu’une partie du mobile de l'agression. Ils ont noté la relation tendue que le père entretenait avec son enfant, qui consommait de l’alcool et du cannabis et avait des difficultés dans son apprentissage.
 
"L’enfant ne correspondait pas à sa vision du monde. Pour cette raison, il a froidement pris la décision de tuer l’enfant endormi", a résumé le juge.
 
"La justice prévaut, je suis très soulagée", a pour sa part déclaré la jeune femme trans à sa sortie du tribunal.
 
L'avocat de la défense du père avait déjà déclaré avant le prononcé du verdict que son client ferait probablement appel s'il était condamné.


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2021
agence web