ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : Asile ni sénégal ? Homosexuel.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  Les homosexuels sénégalais doivent pouvoir demander l'asile en France

Les homosexuels sénégalais doivent pouvoir demander l'asile en France

Jeudi 02 août 2012 à 08h24
Catégories : Autres associations LGBT, Communiqués de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE ARDHIS
 
Ainsi que l’ARDHIS l’avait évoqué dans son communiqué du 27 juillet 2012, Souleymane, Sénégalais homosexuel, n’a pas eu d’autre issue que d’engager une procédure de demande d’asile alors qu’il se trouvait retenu au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot ; comme l’ARDHIS l’avait souligné, cette situation est particulièrement défavorable pour élaborer une demande d’asile dans des conditions satisfaisantes tant au regard du respect de la vie privée que de celui du temps, limité, qui est imparti pour faire une telle demande.
 
Souleymane a été entendu par un officier de l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (OFPRA) lundi 30 juillet, suite à quoi l’OFPRA a immédiatement pris la décision de rejeter sa demande d’asile.
 
Souleymane refuse de retourner au Sénégal en raison des risques de persécutions et des dangers qui pèsent sur sa vie du fait de son orientation sexuelle. Ainsi qu’il lui est permis, Souleymane va donc contester la décision de l’OFPRA en déposant un recours auprès de la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA), comme le font la plupart des 90% des demandeurs d’asile qui essuient un rejet à l’OFPRA.
 
Cependant, Souleymane court, malgré ce recours, le danger d’être expulsé vers le Sénégal dans les jours qui viennent, ce qui, outre la mise en danger de sa vie, le priverait de son droit effectif à un examen plein et entier de sa demande d’asile qui doit pouvoir comporter la possibilité d’un recours à la CNDA, après le rejet à l’OFPRA.
 
L’ARDHIS s’indigne de cette situation qui prive un demandeur d’asile d’un examen entier (administratif et judiciaire) de sa demande dès lors que seule la décision administrative (celle de l’Ofpra) est prise en compte par les autorités de police.
 
L’ARDHIS demande que la possibilité de expulsion de Souleymane soit écartée et qu’il soit mis fin à sa rétention afin qu’il puisse mener sereinement jusqu’à son terme sa procédure de demande d’asile sur le territoire français.
 
L'ARDHIS DÉNONCE LES CONDITIONS FAITES AUX PERSONNES DEMANDANT L'ASILE DEPUIS UN LIEU DE PRIVATION DE LIBERTÉ, QU'IL S'AGISSE D'UN CENTRE DE RÉTENTION OU D'UNE ZONE D'ATTENTE, ET RAPPELLE LE DEVOIR DE LA FRANCE DE PERMETTRE À TOUTES ET À TOUS DE POUVOIR ENGAGER UNE DEMANDE D'ASILE DANS DES CONDITIONS CONFORMES AU RESPECT DE LEURS DROITS FONDAMENTAUX ET DE LEUR LIBERTÉ.
  • Source l'ARDHIS
 


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2021
agence web