ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : France Vers une proposition de loi pour interdire les thérapies de conversion de l'homosexualité... Revue de presse LGBT... Articles de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  France Vers une proposition de loi pour interdire les thérapies de conversion de l'homosexualité

France Vers une proposition de loi pour interdire les thérapies de conversion de l'homosexualité

Vendredi 13 avril 2018 à 22h55
Catégories : FRANCE, Revue de presse

La députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon travaille à une proposition de loi qui interdirait en France les méthodes censées "guérir" l’homosexualité et la transidentité.
 
La députée LREM ouvertement lesbienne Laurence Vanceunebrock-Mialon s'est inspirée d'une loi maltaise pour son texte qui prévoit d'interdire en France les méthodes censées "guérir" les personnes LGBT.
 
Elle devrait déposer une proposition de loi en ce sens à l'Assemblée nationale dans le cadre de la niche parlementaire des députés LREM à la mi-mai.
 
Le Parlement européen a déjà condamné ces pseudo thérapies de "traitement" ou de "conversion" de l'orientation sexuelle ou du genre.
 
"Si la France est le pays des droits de l’homme, elle ne peut pas rester silencieuse sur cette question", a déclaré la députée de l'Allier au quotidien Libération pour motiver son projet.
 
Un seul pays européen a voté une loi en ce sens pour l'instant, Malte.
 
S'inspirant de ce texte législatif, le projet de loi français envisage de punir les "pratiques visant à changer l’orientation sexuelle d’une personne" par des peines de prison allant de trois à dix ans de prison, si elles ont entraîné un suicide.
 
Selon le document consulté par Libération, ces peines seraient accompagnées d’amendes punissant les auteurs d'actes de "tortures ou d’actes de barbarie" auxquels la députée assimile ces pratiques anti-LGBT.
 
Les associations LGBT françaises sont naturellement favorables à de telles dispositions législatives. Pour le président de SOS Homophobie, "c’est une bonne nouvelle car ces pratiques sont une atteinte à l’état des personnes et il est nécessaire que les pouvoirs publics les préviennent et puissent les sanctionner : une loi est donc un bon moyen de mettre ce sujet dans le débat public. D’autant qu’il y a un risque réel de retour de ce type de traitements avec Courage qui essaye de s’implanter en France pour rééduquer les homos".
 
Il fait allusion à l’organisation - ajournée devant la polémique qu'elle a suscité - par le diocèse de Bayonne, en mars dernier à Pau et aussi à Bayonne, de réunions sur "L'accompagnement des personnes homosexuelles" animée par l’abbé Louis-Marie Guitton, aumônier national de "Courage", une organisation qui fait l’objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis, où elle organise des "thérapies de guérison" de l’homosexualité aux conséquences graves pour les personnes concernées.
 
C'est tout le propos de la prochaine proposition de loi. Interdiction des thérapies de conversion. https://t.co/5DVsJFvOg6
 
 


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2018
agence web