ASSOCIATION LGBT MILITANTE & FRIENDLY, POITOU-CHARENTES
Thèmes associés : " Il faut sauver le droit d'asile" or estime l'ancien patron de l'Ofpra et revue de presse LGBT.

Saintes
5, passage Ancienne Caserne
17100 Saintes - Contact
La Rochelle
21 rue de la Sardinerie
17000 La Rochelle - Contact
Angoulême
5 Bd Berthelot
16000 Angoulême - Contact
|
Accueil  Actualités  " Il faut sauver le droit d'asile", estime l'ancien patron de l'Ofpra

" Il faut sauver le droit d'asile", estime l'ancien patron de l'Ofpra

Mercredi 13 février 2019 à 10h35
Catégories : FRANCE, Revue de presse

L’ancien directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) dénonce dans un livre une « complète faillite du système de Dublin ». Il appelle à « sauver le droit d’asile » menacé par « l’externalisation » des demandeurs d’asile vers des pays tiers qui génère des « effets terribles ».
 
« Il faut sauver le droit d’asile » a estimé lundi l’ancien directeur général de l’Ofpra, Pascal Brice, en déplorant la « complète faillite » de l’actuel règlement européen de Dublin qui régit l’accueil des demandeurs. « On est aujourd’hui dans une situation en France, mais aussi en Europe, aux États-Unis, dans de nombreuses parties du monde occidental […] où il faut sauver le droit d’asile », a affirmé l’ancien patron de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) lors d’une rencontre organisée par l’Institut Montaigne et Terra Nova.
 
« Un problème de fond est que pendant des décennies on a eu en Europe des politiques de migration restrictives ». Dans ce contexte « l’asile est un problème », et « quand vous êtes payé pour défendre l’asile vous devenez un problème », a ajouté Pascal Brice, qui revient sur ses six années à la tête de l’Ofpra dans un livre « Sur le fil de l’asile » à paraître mercredi.
 
Une « complète faillite du système de Dublin »
 
Pour Pascal Brice, « la principale menace aujourd’hui est l’externalisation » des demandeurs d’asile vers des pays tiers, de l’autre côté de la Méditerranée notamment. L’ancien patron de l’Ofpra a aussi déploré la « complète faillite du système de Dublin », qui confie le traitement de la demande d’asile au pays d’entrée en Europe, mais génère des « effets terribles », en imposant un délai de six voire 18 mois pour redéposer une demande dans un autre pays.
 
« Dublin provoque du désordre. Laisser des gens dans les rues de Paris ou Nantes c’est du désordre » et « vous êtes sûr que vous provoquez la montée de certains mouvements politiques », a-t-il ajouté, en jugeant « incroyable de voir que tant de technocrates pensent encore que nous devons poursuivre sur cette voie » en Europe.
 
Pour une « législation humaine complémentaire »
 
La réforme du système européen d’asile est dans l’impasse depuis plus de deux ans à Bruxelles. Il a aussi regretté la « logique de la dissuasion » prévalant selon lui dans certains pays comme l’Allemagne ou la France, avec « l’idée que plus les conditions seront dures pour les demandeurs d’asile, moins ils viendront ».
 
Plaidant pour une « reconnaissance mutuelle entre les agences » nationales et pour leur « indépendance », il a mis en garde contre les risques « d’approche politique de l’asile » et de « dumping de l’asile ». Pascal Brice a enfin défendu l’idée d’une « législation humanitaire complémentaire pour les gens qui ne correspondent pas à l’asile, mais sont en situation de détresse humanitaire, y compris les déplacements liés au changement climatique ».
 


Adhéos
Association d'Aide,
de Défense Homosexuelle,
pour l'Égalité des Orientations
Sexuelles
Icone de Facebook
LGBT fonds dotation lgbt Plan du site | Mentions légales | © Adhéos 2019
agence web